Et si c'était le gluten ?

 

Le gluten, c’est quoi ?

 

Pour comprendre le rôle du gluten, il suffit de se pencher sur son étymologie latine qui signifie «colle» /«gomme». En réalité le gluten est un ensemble de protéines insolubles présent dans les graines des certaines espèces de céréales telles que le blé, l’orge, l’épeautre, le petit épeautre, l’avoine, le seigle… Essentiellement composé de gliadine et de glutéine, il est utilisé pour donner de l’élasticité et une texture moelleuse. C’est lui qui permet aux pâtes de lever, notamment à celle du pain !

 

Gluten, quels maux ?

 

-        L’intolérance ou maladie cœliaque : Il s’agit d’une maladie auto-immune qui crée une inflammation et des lésions de la paroi de l’intestin. Avec le temps, l’absorption des nutriments, vitamines et minéraux ne se fait plus correctement. Pour les personnes touchées par cette maladie, le gluten est à bannir à vie pour rester en bonne santé. En France, seulement 10 à 20% des cas seraient aujourd’hui diagnostiqués.

 

-        La sensibilité non-cœliaque : Si la maladie cœliaque touche environ 1% de la population, une autre forme d’intolérance a gagné du terrain. Il s’agit de la sensibilité au gluten. Si elle s’apparente à la maladie cœliaque, elle ne provoque par contre pas de lésions intestinales. Les personnes souffrant de cette sensibilité adoptent alors le régime sans-gluten pour se sentir mieux et venir à bout de leur(s) problème(s).

 

 

Quel(s) symptôme(s) ?

 

Chez le nourrisson  et l’enfant : Diarrhée chronique, fatigue, tristesse, abdomen ballonné, ralentissement de la croissance en poids puis en taille. Plus tard,  anémie, retard d’apparition de la puberté, douleurs articulaires…

 

Chez l’adulte : Fatigue, anémie, troubles de l’humeur, amaigrissement inquiétant, crampes musculaires et/ou articulaires, irrégularités menstruelles…


 

 

Que faire pour y remédier ?

 

À l’heure actuelle, la seule manière de remédier à ce problème est de supprimer complètement le gluten de son alimentation. En effet, aucun traitement médicamenteux n’existe. En cuisinant de façon saine, bio et fraîche la tâche devrait être plus simple. Pensez à vérifier les étiquettes des aliments que vous achetez car le gluten peut se cacher là où on ne le soupçonne pas (pizzas, sauces, desserts, boissons…) ! Pour être sûre de ne pas commettre d’impaires, le plus simple est de se fier au logo de L’AFDIAG (l’épi barré).

 

Les aliments à privilégier

 

Une personne qui suit un régime sans gluten peut manquer de fibres alimentaires puisque la plupart des produits céréaliers sont exclus de l’alimentation. Les fibres alimentaires sont des éléments essentiels pour l’estomac. Il s’agit, en effet, de substances bénéfiques qui stimulent l’activité de l’intestin et favorisent la flore intestinale. Voilà donc quelques conseils pour augmenter son apport :

  • Privilégiez les fruits frais aux jus de fruits
  • Intégrez les légumineuses
  • Pour les collations, mangez des noix et fruits séchés

 

Les aliments de substitution :

 

Millet, amarante, châtaigne, légumes secs, maïs, sarrasin, soja, manioc, patate douce, pomme de terre, riz, quinoa, teff, arrow-root, fonio.

 

Les aliments sans gluten sont nombreux : fruits et légumes frais, viandes, poissons, œufs, graines, yaourts natures….

 

Notre conseil : prenez plaisir à cuisiner sainement et à découvrir de nouvelles saveurs !

 

 

Cet article est tiré du site : Le marché de Léopold .